carnet de route de geraldine danon

   Le carnet de bord de Géraldine

Suivez au jour le jour les expéditions de Fleur Australe

29 mai, Pompei

Fondée au VIIIe siècle avant J.C, lieu de passage obligatoire entre le nord et le sud, entre la mer et les vallées prospères, la cité de Pompéi devient bien vite un nœud routier et portuaire important. La première véritable grande catastrophe, survient avec le terrible tremblement de terre de l'année 62. Les survivants réussissent à reconstruire la ville à moitié détruite. Le Vésuve, considéré depuis des siècles comme un volcan éteint, rentre en éruption avec une puissance de destruction inexorable, le 24 aout de l'année 79, peu après midi.

Un déluge de pierre et de scories incandescentes se déverse sur Pompéi. Murs et toits s'écroulent, puis une vague de cendre mêlée d'eau efface toute trace de vie. Dans l'obscurité persistante la scène d'apocalypse est encore exaltée par la foudre, le tremblement de terre et les raz de marée. Les rares rescapés sont tués par les gaz délétères qui se propagent partout. Cet enfer dure trois jours puis tout devient silencieux. Une couche mortelle de cendre de cinq à six mètres d'épaisseur recouvre la ville.

Pompéi n'apparait plus pendant près de deux mille ans. Les gens redoutent le terrible sort qui plane sur ce lieu. Les chacals et les chasseurs de trésor dérobent les restes qui émergent encore, puis Pompéi est oubliée. Les fouilles ne commencent qu'au début du XIXe siècle et se poursuivent encore de nos jours.

Nous sommes aux portes de la ville, émus à l’idée de pénétrer en son sein. Pompéi nous donne l’image parfaite de la vie d'une ville romaine au début des temps. Nos enfants retrouvent ici les images familières d'Astérix chez les romains. Il manque Jules César et les gladiateurs dans l'arène, mais l'imagination fait le reste. Rues pavées, colonnes qui se dressent fièrement vers le ciel, amphithéâtre, temple d'Apollon ou de Jupiter, thermes, boulangerie, bar, épicerie, maisons particulières. Les rues ont gardé, enraciné dans leurs pavés, le sillon provoqué par les roues des chars, comme l’empreinte d’un temps éternel, qui n’en finit pas de passer mais qui demeure ancré à jamais dans l’âme de la pierre. Nous devons nous frayer un chemin à travers les rues encombrées, mais nos ancêtres ne sont plus là, aujourd'hui remplacés par des groupes de touristes en majorité chinois et japonais, venus ici trouver une réponse aux origines de la civilisation antique.

Il est temps pour nous de filer vers Capri, notre dernière escale dans la baie de Naples. Il va falloir nous arracher à la douceur de vivre napolitaine, résister au chant des sirènes comme Ulysse car nous avons encore des milles à parcourir et bien des lieux à découvrir avant d’atteindre Istanbul.

BONNE FÊTE À TOUTES LES MAMANS.

fa 20160529 01

Ballade dans les rues pavées de Pompéi

fa 20160529 01

fa 20160529 01

fa 20160529 01

fa 20160529 05

fa 20160529 06

L’inquiétant cimetière des Fontanelles et ses milliers de crabes.

fa 20160529 01

fa 20160529 01

fa 20160529 01

Derniers billets du carnet de bord