30 décembre, le Sud du Laos

Nous prenons l’avion de Ventiane en direction de Paksé, la porte d’accès au Sud du Laos, installée à la confluence du Mékong et de la Se Don. Direction le Temple de la Montagne, le Vat Phu. Situé à la jonction de la plaine du Mékong et du Phu Psaak, une montagne considérée sacrée depuis des siècles.

Ancien sanctuaire Khmer, ce temple est un des joyaux du Laos, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Edifié à 1400 mètres d’altitude, le temple est impressionnant. Le sanctuaire est orné d’un lingam, symbole phallique emblématique de Shiva, la divinité suprême pour les hindous. L’atmosphère est magique, les frangipaniers caressent le ciel, il ont perdu leurs feuilles mais sont parés de délicates fleurs blanches ornées de jaune. Le contraste entre la rudesse de l’arbre décharné et la vivacité de ses fleurs ensoleillées, au parfum délicieux, participe au mystère des lieux. On grimpe vers le ciel, pour atteindre le sixième étage du temple ou se trouve le sanctuaire richement sculpté ainsi qu’une source d’eau bénite qui descend à flan de montagne. L’endroit serait un lieu de pèlerinage depuis le milieu du Ve siècle. Le temple est construit comme une reproduction terrestre du paradis.

A mesure que nous grimpons, nous ressentons en effet une sorte de paix, le ciel s’éclaircit et la lumière se fait. La vue est de toute beauté. Les enfants frappent le gong et le son se perd à l’infini dans une harmonie céleste. Une dame leur offre un bracelet porte-bonheur, qu’elle accroche à leur poignet tandis que je donne quelques fleurs de frangipanier et des bâtons d’encens à Bouddha.

Dans l’après midi nous prenons le bac pour traverser le Mekong, en direction de Don Khong, la plus grande île de la région du Mékong, au Sud, connue sous le nom de « Région des 4000 îles » le ciel se dégage et le Soleil perce et se reflète sur la rivière en nimbant le paysage de rose. Je me régale à filmer ce panorama d’une grande douceur. Le lendemain après avoir assisté à l’aumône des moines à l’aube, nous prenons une pirogue vers les îles de Don Det et de Don Khone, à la frontière du Cambodge. Le temps semble suspendu sur ces îles, pas de voitures, pas d’électricité, on vit de la culture de la noix de coco, du Kapokier, et du bambou. Ces îles ont joué un rôle important en reliant le Laos au Cambodge et au Sud du Vietnam pendant l’époque coloniale française au 19 e siècle.

Pour passer les rapides du Mékong une voix ferrée a été construite sur les 2 îles de façon à pouvoir transporter les marchandises arrivant du Cambodge vers le Laos et la Chine. Nous allons jusqu’aux impressionnantes chutes du Lippi, elles sont considérées comme sacrées par les communautés locales, leurs noms signifient « pièges aux esprits » car elles capteraient les mauvais esprits. C’est en tyrolienne que nous descendons les chutes, un circuit de plus d’une heure. Les enfants sont heureux. « Je n’ai jamais fait d’aussi long parcours, c’est trop bien » s’exclame Marion aux anges. Nous dévalons les montagnes tels des fusées, survolant les cascades tonitruantes. Notre petite tribu ne pouvait rêver meilleure fin d’année, un peu d’adrénaline, des sensations fortes, la nature dans tous ses états, rien de tel. Demain nous irons à la découverte du plateau de Bolovens avant de rejoindre Hong Kong et d’appareiller vers Taiwan.

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

2018 12 30 fa 01

nutriset 250

Les 100 derniers billets du Carnet de bord