D’îles en îles, 6 février

Fleur Australe remonte le long d'un chapelet d’îles japonaises. Prochaine escale, Okinawa, connue pour ses bases américaines. Elle ne nous enchante pas vraiment car elle est trop peuplée. C’est d’ailleurs un avant goût de ce qui nous attend à Osaka et à Tokyo. Le métro est aérien et les autoroutes sillonnent l’île. Nous devons nous y arrêter pour les papiers et obtenir l’autorisation de faire escale dans les prochains ports du Japon. Les bateaux comme Fleur Australe sont rares dans les eaux japonaises et les autorités se montrent complaisantes et accueillantes.

2019 02 06 fa 08Nous faisons un petit détour par les îles Kerama. Le capitaine profite de cette belle journée de vent calme pour sillonner les chenaux. Nous mouillons l’ancre dans une petite baie entourée de coraux. Je pars avec les enfants explorer les fonds et à ma grande surprise ils sont de toute beauté et bien conservés. Pas de trace de blanchiment comme à Ishigaki.

Nous continuons notre chemin entre les îles. Les filles font l’école chaque matin avec Victoire. Antoine notre équipier a embarqué à Taiwan, il donne un coup de main au capitaine et pêche. Depuis qu’il est à bord nous n’avons jamais attrapé autant de dorades.

« Elle souffle ! ». Le cri du capitaine retentit dans tout le bateau. La baleine est là, à quelques mètres, avec son baleineau. Moment de grâce. Notre corps frissonne à la vue de ce mammifère marin.

Les baleines à bosses viennent ici se reproduire, mettre au monde un baleineau, l’allaiter et elles reviennent l’année suivante pour lui apprendre les bonnes manières et les secrets de la vie.

Nous l’observons de loin pour ne pas effrayer la petite baleine de quelques semaines. Nous entendons son souffle puissant, sa respiration, ses poumons qui s’emplissent de centaines de litres d’air afin d’oxygéner son sang pour de longues apnées. Nous apercevons son dos, sa nageoire caudale, sa queue et dans un mouvement félin, tout en douceur, elle disparaît dans les abimes de la baie. Son enfant la suit, à l’unisson, répétant les mêmes gestes, la même respiration. Les baleines que nous croisons au hasard de nos voyages nous emplissent à chaque fois d’un grand bonheur, c’est un pur moment d’émotion pour nous tous.

2019 02 06 fa 08Nous aimerions pouvoir les contempler encore et encore, les suivre sous l’eau mais nous ne sommes que de pauvres terriens et nous n’avons pas leur facilité, leur aisance alors je rêve d’être un dauphin, une baleine et de les suivre dans leur périple. Nager, sillonner les océans, tantôt dans les eaux glacées des pôles pour me nourrir et revenir donner naissance à mon enfant dans les eaux chaudes des tropiques. Mais je ne suis qu’un être humain, incapable de respirer sous l’eau si ce n’est qu’avec de gros cylindres d’acier dans mon dos. Je suis frustrée, envieuse, et même un peu jalouse, alors je retourne à l’eau avec mes palmes et mon tuba pour me croire, juste un instant, transformée en sirène.

Nous laissons ce monde enchanté, rempli de ces petites et grandes choses qui nous ont fait choisir notre vie sur l’eau. Pour ces quelques instants de bonheur, nous oublions les longues remontées au près, contre le vent et la mer.

Le soleil se couche embrasant les îles sauvages et nos baleines qui se reposent entre deux eaux.

Nous mouillons notre ancre dans une autre baie loin de l’agitation humaine.

Ici l’homme s’est adapté à son univers, le japonais terrien amoureux de sa terre est là heureux, dans son jardin d’arbres fruitiers. C’est la saison des oranges. Les arbres croulent sous le poids des fruits. Des grappes entières font plier les branches. Il cueille les fruits bien mûrs à en croire leurs couleurs et la chair suave et sucrée qui se cache derrière sa pulpe nous envoute de sa fragrance subtile. Nous repartons les bras chargés de ses fruits qui nous régalerons.

Fleur Australe remonte vers le nord, comme les baleines, vers les glaces de l’océan Arctique.

D’îles en îles.

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

2019 02 06 fa 01

nutriset 250

Les 100 derniers billets du Carnet de bord