11 février, de Yakushima à Kagoshima

Après deux jours de navigation au près par grosse mer, occupés à remonter laborieusement contre cette mousson de Nord-Est, nous faisons une halte paradisiaque à Yakushima. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993, l’île possède un volcan qui culmine à près de 2000 mètres. Nous relâchons dans le port d’Anbo, à l’embouchure de la petite rivière qui descend de la montagne, nous sommes entourés par des sommets vertigineux, ces massifs verdoyants (plus de 2000 mètres) qui se jettent dans la mer nous éblouissent. Les enfants sont heureux de se reposer un peu car les traversées sont épuisantes même si leur professeur ayant l'estomac un peu sensible ne quitte pas sa bannette quand la mer est grosse.

2019 02 06 fa 01Après une bonne nuit de sommeil nous prenons de l’altitude et partons dans la forêt à la découverte des cèdres millénaires, le plus vieux est âgé de sept mille ans et il est tout à fait impressionnant d’arpenter ces bois mystérieux. Les cèdres géants nous regardent, ils portent l’histoire du monde sur leurs épaules et dans leurs troncs millénaires. Nous sommes bien peu de choses face à ces conifères colossaux. Beti est heureuse de s’échapper du bateau car on nous oblige souvent à la garder à bord, elle est folle de joie, en bon terrier, elle traque le gibier et se faufile partout, sous les arbres et dans les trous. C’est dans cette île que Miyasaki, le célèbre dessinateur et réalisateur de films d’animation, se recueillit et trouva l’inspiration pour Princesse Mononoké.

Nous reprenons la mer dès le lendemain en direction de Kagoshima sur l’île de Kyushu. Nous arrivons à l’aube et le volcan Sakurajima se dresse devant nous, auréolé d’un grand nuage blanc, il enveloppe la ville de ses panaches de fumée et de cendre. Particulièrement actif, sa dernière éruption date de 2016. Fleur Australe vogue au pied de l’imposant volcan. A peine à terre, nous prenons une voiture et partons à la découverte du Mont Aso qui possède la plus grande caldera au monde, c’est à dire un cratère volcanique géant de 128 km de diamètre.

Symbolisant le « Pays du feu » le Mont Aso est un volcan actif et on peut observer des vapeurs sulfuriques qui sortent du cratère d’un de ces monts. C’est à cheval que nous parcourons la pampa, il fait très froid, nous galopons dans les champs de blé ocre jaune. Les montagnes sont couvertes de neiges éternelles en leurs sommets, des bandes de sapins bruns viennent parfaire ce paysage fantomatique par endroits noyé dans le brouillard. Le lendemain nous survolons en hélicoptère le volcan Naka Dake, mais lorsque nous tentons d’y grimper dans l’après midi, l’accès nous en est interdit car le volcan est en éruption, le danger est trop grand.

Nous poursuivons notre route jusqu’à Bepu et ses sources d’enfer, trempons des heures dans ces eaux sulfureuses passant du brûlant au gelé pour notre plus grand bonheur. On trouve à Bepu plus de 3000 sources répertoriées selon leur spécificité : odeur, chaleur, couleur, bulles, explosion, boue, leur température peut atteindre jusqu’à 500 degrés. La vie au Japon a bien du charme, nous passons d’un bain à l’autre tout en contemplant la Lune qui se lève dans le ciel, on se sent bien vivant et j’aime ça. Demain nous retrouverons Fleur Australe et appareillerons pour la mer intérieure.

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

2019 02 11 fa 01 light

nutriset 250

Les 100 derniers billets du Carnet de bord